•  

    Du 3 au 6 janvier 2016

     

     

    Attention ! : 2ème article par Laurent, il est lancé, on ne l’arrête plus !

     

     

    Deuxième étape mythique de cette zone de la Bolivie, le Sud Lipez et sa Route des Lagunes ! Nous quittons Uyuni après une dernière session de marchandage sur le prix du diesel à la pompe : ce sera notre plein le plus cher (6.5 bolivianos le litre) mais nous n’avons pas beaucoup à charger donc ça va.

     

    Il faut savoir qu’en Bolivie il y a deux tarifs à la pompe : celui pour les locaux (3.8 BOL/litre soit environ 0.50 €) et le tarif « étranger » à 8.8 Bol/litre (1.20 € environ). Cette (énorme) différence s’explique par le fait que le carburant (produit ici ou acheté pas cher aux « amis » vénézuéliens) est subventionné par l’Etat pour les locaux, et surtaxé pour les étrangers… Le résultat de cette politique est que nous devons à chaque fois négocier avec le pompiste un tarif « intermédiaire », sans facture, qui lui permet de se mettre pas mal de sous dans la poche (super pour lutter contre la corruption). Au final nous n’aurons bien évidemment jamais payé le prix plein tarif (Je suis devenu bien trop « économe » pour ça, et préfère tergiverser les pompistes, quitte à essayer plusieurs stations avant de faire le plein). Nous aurons payé entre 5.0 et 6.5 bolivianos par litre suivant la difficulté des négociations, mais c’est toujours cela de pris…

     

    Lire la suite...


    11 commentaires
  • Du 29 décembre 2015 au 2 février 2016

     

    Attention ! : article par "Laurent le bavard" :)

     

     

    Après une semaine relativement oisive passée au camping Colibri de La Paz, la route nous démange de nouveau et nous voici repartis avec nos compères de route de AlaskaWilds et Off-the-maps. Nous faisons d’abord un petit crochet de quelques jours par le Chili, et la province Putre et Parinacota, à l’extrême nord du pays. Ensuite, nous nous dirigeons vers ce que nous considérons tous comme un des moments forts de nos aventures : le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez ! Pour beaucoup d’overlanders, ces lieux suscitent admiration et appréhension à la fois : l’admiration de part les paysages sauvages, les terres arides et couleurs magnifiques, et l’appréhension de la panne au beau milieu de rien, à des heures et des heures de pistes (relativement) difficiles du premier semblant de début de village… Ces pistes sont réputées pour être très dures pour les suspensions et pneumatiques, et les crevaisons sont légions. C’est pourquoi beaucoup de voyageurs se lancent à l’aventure en « convoi » de plusieurs véhicules pour pouvoir se dépanner et s’échanger les pneus de secours au cas où… Nous ne dérogerons pas à la règle avec nos camarades de route, sauf que les pneus tous neufs de Günter et Sissi sont incompatibles avec notre voiture, et que ceux de Sabine et Andy sont plus lisses que le crane d’un chauve.

     

    Lire la suite...


    11 commentaires
  • Du 15 au 26 décembre 2015

     

    La frontière entre le Pérou et la Bolivie a été assez facile à passer. L'ordinateur côté péruvien ne fonctionnant pas, le douanier nous dit qu'il va entrer nos papiers de la voiture plus tard lorsque le réseau sera de retour. D'autre voyageurs rencontrés un peu plus loin ont eu moins de chance, le douanier en fonction au moment de leur passage leur a demandé de l'argent pour "débloquer" le réseau ou alors patienter jusqu'à ce que ça refonctionne. Un comble quand on sait que nous sommes arrivés quelques jours plus tard et que le réseau n'était toujours pas revenu.

    Côté bolivien, petite subtilité : il faut remplir un papier en ligne pour l'importation de la voiture AVANT de se présenter à la frontière. Bien entendu nous ne sommes pas au courant, et bien entendu ce "service" est disponible sur place moyennant contribution... Il n'y a plus qu'à se rendre au "stand" ordinateur et photocopie et payer (assez cher, presque 5 USD) le ptit gars qui s'est chargé de remplir le papier.

    On passe ensuite chez le policier pour qu'il nous tamponne notre permis d'import, ultime étape avant de s'élancer librement. Celui ci nous fait remarquer que nous n'avons pas d'assurance pour la Bolivie alors que c'est nécessaire. On lui signale que nous sommes au courant et que nous en achèterons une à La Paz, à quatre heures de route. Il nous dit alors qu'il peut fermer les yeux moyennant une "collaboration" : il fait soif et il souhaiterait pouvoir acheter du Coca Cola! Il nous réclame alors 20 soles (environ 6€). Ne sachant pas trop sur quel pied danser, on lui donne finalement 20 bolivianos (environ 3€), on n'a plus de soles et après tout, on est en Bolivie!

     

    Lire la suite...


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique