• De Humahuaca à Ischigualasto : le nord de la ruta 40

    Du 8 au 21 janvier 2016

     

    (Article de Laurent)

     

    C'est plutôt satisfaits que nous quittons le Chili après cette courte visite à San Pedro de Atacama, qui disons le de suite, ne nous a pas plu du tout.

    On ne le sait pas encore mais on entre à présent dans notre dernier pays coup de cœur, l'immense Argentine!

     

    Bienvenidos en Argentina

     

    Tout d'abord la frontière: à force de nous suivre vous savez tous que nous avons eu des expériences plutôt "colorées" au cours de nos 19 mois de voyage. Et bien là, nous avons eu droit à un passage des plus "smooth": 20 minutes montre en mains, aucun formulaire stupide à remplir ou photocopie de votre bulletin de notes du deuxième trimestre de 5ème, juste un œil sur le passeport, quelques petites questions, et un "Bienvenidos en Argentina". Très bonne première impression!

     

    De Humahuaca à Ischigualasto : le nord de la ruta 40

     

    Nous quittons donc le Paso de Jama et empruntons la superbe Ruta 52 qui quitte l'altiplano en traversant de superbes paysages de salar, montagnes et steppes. Nous passons de 4200m d'altitude à seulement 2200m, et faisons halte dans le petit village de Purmamarca. Ce pueblo est la porte d'entrée de la vallée de Humahuaca, elle même classée au patrimoine de l'Unesco pour sa culture Andine (et aussi un peu pour ses paysages fabuleux).

    Purmamarca donc: nous arrivons un samedi en début d'après midi, en plein milieu de festivités locales. La ville est pleine de touristes... Super! On a une liberté totale dans l'organisation de notre voyage, mais on s'arrange toujours pour débarquer au pire moment... On a une fois de plus l'impression d'être des retraités qui vont au supermarché le samedi matin ;)

    La ville est cependant très agréable, et plutôt jolie. Elle est entourée de superbes montagnes très colorées le "cerro de siete colores" (montagne aux sept couleurs), et la foire artisanale du centre anime très bien un village probablement plutôt endormi en temps normal.

     

    Purmamarca      Purmamarca - Cerro de los 7 colores

     

    Nous nous enfonçons ensuite dans la quebrada, en direction de Humahuaca. Disons le clairement: on se croirait dans le sud ouest des Etats Unis, en Arizona ou Nouveau-Mexique, paysages de cactus, désert et formations rocheuses remarquables. Là bas, nous visitons la ville, et plus particulièrement un atelier d'une coopérative d'artisans où René nous fait découvrir les mystères du tissage traditionnel andin. Laines de moutons, lamas, alpagas et vigognes n'ont maintenant plus de secrets pour nous!

     

     

    Humahuaca       Humahuaca - Tout le monde attend la bénédiction de St ???      Et sur la route, de beaux cactus

     

    La laine ne manque pas ici!      Atelier de tissage

     

    En route, nous avons croisé le Dakar. On a commencé à se douter que quelque chose devait arriver quand on a vu de plus en plus de gens installés sur le bas côté. Les pilotes arrivaient de Bolivie et s'arrêtaient faire le plein dans une station. Rien de bien excitant en sommes mais ça attire les foules!

     

    Les motos du Dakar      Un motar qui fait le plein et tout le monde s'emballe!

     

    Juste à coté de la ville de Humahuaca, vous pouvez vous rendre à la "Serrania del Hornocal" ou "montagne aux 13 couleurs"!!! C'est splendide!

     

    Serrania del Hornocal      Serrania del Hornocal

     

    Nous quittons maintenant la quebrada pour nous rendre à Salta surnommée la linda (la belle), première grande ville et capitale culturelle de cette zone du pays. Bon au final, hormis une place centrale entourée de très beaux bâtiments, nous ne sommes pas vraiment sous le charme: on n'aime de moins en moins les villes... On passe néanmoins deux nuits sur place, et sommes rejoints par Günter et Sissi (que nous avions quittés à San Pedro de Atacama). Nous rencontrons aussi Michèle et Jean-Manuel, un couple de Français qui ne tarde pas à nous inviter pour l'apéro!

     

    Salta      Salta

     

    C'est donc avec nos deux pêcheurs Alaskiens (Ah on vous avait pas dit que Sissi et Günter sont pêcheurs de saumons en Alaska?!) que nous poursuivons notre route et rejoignons la légendaire Ruta 40 au niveau de la ville de Cachi, où nous avons prévu de nous (re)poser un peu. Nous resterons finalement une semaine au camping municipal, enchainant les empanadas, les glaces artisanales et les super grillades de viande argentine avec eux. A part cela, nous n'aurons pas fait grand chose durant cette semaine, mais nous en avions bien besoin...

     

    De jolies fleurs jaunes au milieu de ce désert      De jolies fleurs jaunes au milieu de ce désert      L'église de Cachi

     

    Nous continuons ensuite sur la ruta 40, et atteignons Cafayate: là encore, une petite déception pour cette ville "archi touristique". Nous décidons alors de partir, et de laisser Sissi et Gunter qui souhaitent "visiter" quelques bodegas (caves) ces prochains jours.

     

    Sur la route pour Cafayate      Sur la route pour Cafayate      Petite cession de sport pour les filles

     

    C'est donc toujours sur la 40 que nous nous dirigeons vers le sud. Après deux jours de route (et oui, c'est très grand l'Argentine) nous arrivons près des parcs nationaux de Talampaya et Ischigualasto. Après avoir pris quelques informations auprès des rangers du parc, nous n'irons pas au premier car il est en partie fermé pour cause de "pluies importantes ces derniers jours". Bon de toutes façons, les prix demandés pour entrer dans le parc et l'obligation de se joindre à un guide pour pouvoir se balader nous avaient déjà bien refroidis.

     

    Le long de la ruta 40      Le long de la ruta 40, des fois on se croirait en Utah!      Le long de la ruta 40

     

    On a eu beau chercher le panneau 4040 de la route 40, il a disparu!     Sanctuaire à la mémoire du Gauchito Gil      Sanctuaire à la mémoire du Gauchito Gil

     

    Les sanctuaires à la mémoire du Gauchito Gil sont présents tout au long de toutes les routes argentines. On ne peut pas les manquer, il y a des fanions rouges pour les annoncer. Il fait parti de ces Saints non reconnus par l'église mais vénérés en Argentine. C'est un "héro" pour avoir refusé, après s'être engagé dans la guerre contre le Paraguay, de servir dans la guerre civile argentine. Il ne voulait pas tuer son propre peuple et a été exécuté pour ça. Juste avant de mourir il a annoncé à son bourreau que son enfant tomberait malade et que le seul moyen de le sauver sera de faire une prière pour le Gauchito. Le bourreau lui a tranché la gorge et en rentrant son enfant était malade. Une prière à Antonio Gil à fini par le sauver. Le bourreau à alors enterré dignement Gil mais le propriétaire des terres en a eu assez de voir tout un tas de "pèlerins" chez lui et a déplacé la tombe. Peu de temps après, il tomba malade et une prière au Gauchito l'a sauvé. Il a donc redéplacé la tombe.

    Enfin ça, c'est ce que dit la légende...

    Ce qui est vrai c'est que le rouge (couleur des gauchos, sorte de cow boy version Argentine) est très présent sur les routes mais aussi sur les voitures. Plus d'une sur deux possède un petit ruban au rétroviseur ou sur la plaque arrière.

     

    De notre côté, on se dirige vers Ischigualasto, que nous savons moins cher et surtout équipé d'un camping avec douches chaudes et wifi. Ce parc est connu comme la "Vallée de la Lune" de part ses paysages désolés et formations rocheuses "extra terrestres". Alors ici aussi il faut intégrer une visite guidée, mais elle est comprise dans le prix d'entrée, et, petite particularité, la visite se fait en voiture! C'est donc une caravane de voitures de touristes que nous rejoignons et non pas un groupe de randonneurs. La balade prend un peu plus de deux heures, et les points de vue sont super.

     

    Ischigualasto      Ischigualasto - Le terrain de boules      Ischigualasto - Le sphynx

     

    Ischigualasto - Le sous marin      Ischigualasto - Le champignon      Ischigualasto - Un guanaco et la lune (mais pas de pierre cette fois!)

     

    Nous passons ensuite la nuit au camping et profitons de l'occasion pour faire un petit "point planning". Nous sommes mi janvier. Nous savons que la meilleure période pour la Terre de Feu (à 4 000 km d'ici!) est février.

    La conclusion est simple: on doit s'activer si on ne veut pas être rattrapés par l'automne austral. Comme la ruta 40 ne se prête pas trop aux journées de routes à gros kilométrage, nous rejoindrons la côte Atlantique le plus rapidement possible pour ensuite filer vers le sud en traversant les immenses (et ennuyeuses) plaines de Patagonie.

     

    C'est parti mon kiki !


  • Commentaires

    1
    Claude
    Lundi 14 Mars 2016 à 01:49
    J'adore , trop bien , de sublimes photos que je vous pique encore ...et .....j'ai ton bulletin trimestre 2 de 5eme Laurent si tu en as besoin ....tout gardé ! !!
    2
    mémé lolo
    Lundi 14 Mars 2016 à 20:50

    Zut, Claude, tu as pris ma réplique. Je voulais proposer son bulletin de 5ème à Lise wink2 De nouveau un bel article intéressant. Merci les jeunes

    3
    Mamie MW
    Mardi 15 Mars 2016 à 21:07

    Superbes explications , vues , commentaires etc. Merci à vous deux .

    seulement pour retenir les noms des endroits.... c'est pas évident...

    Bonne continuation, et  bisous .

    4
    Aline & Don
    Mardi 22 Mars 2016 à 14:51

    Don voulait vous dire Happy East et moi Joyeuses Pâques et merci de nous permettre de vous suivre...très agréable les photos...

    Les montagnes aux 13 couleurs sont magnifiques. .Que de souvenirs pour vous, peut-être à raconter à vos enfants à venir...

    On part pour Rivière Maya le 31 mars on adorerait un péril comme le vôtre.

    Bonne fin de voyage et profitez du temps qu'il vous reste, malgré votre fatigue qui doit se faire sentir.

    Don l'américain   Aline la québécoise.. camping Forillon

    Vous êtes formidables

     

     

     

     

      • Mercredi 23 Mars 2016 à 01:43
        Merci beaucoup tous les deux!
        C'est vrai qu'on est un peu fatigué de temps en temps mais avec des commentaires comme ça on peut continuer encore longtemps!
        Joyeuses Pâques à vous aussi.
    5
    Lundi 28 Mars 2016 à 23:21

    Sacré voyage tout ça, bravo et merci du partage, JL

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :