• De la péninsule Valdes au parc de Monte Leon : lions et éléphants de mer, manchots et bestioles en tout genre

    Du 22 janvier au 6 février 2016

     

    C'est parti pour 3 jours de route. Ce qu'on appelle des jours de route, c'est vraiment des journées où on ne fait que ça et qu'on "avale" les kilomètres. Ce coup ci, nous avons parcouru 1 820km au milieu de la pampa argentine afin de rejoindre la côte Est.

    Bon autant vous le dire tout de suite, ce n'est pas la partie la plus excitante du pays. Rien à droite, rien à gauche, une route droite et de temps en temps des guanacos pour égayer tout ça. Ajouter à ça une chaleur qu'on avait plus connue depuis bien longtemps et vous avez deux voyageurs bien contents d'arriver à destination! Au moins nous avons de la chance que les routes ici sont de bonnes qualité et permettent de rouler à très bonne allure, sinon cela peut être vraiment difficile à supporter!

     

    Notre destination? Puerto Madryn, la porte d'entrée du parc national de la péninsule Valdes, probablement un des endroits les plus réputés au monde pour l'observation de faune marine.

    Avant de nous y rendre, nous allons visiter un musée en ville : l'Ecocentro. C'est sympa, il y a beaucoup d'explications sur les animaux marins mais rien de bien neuf pour nous. Ca  reste tout du moins un arrêt "révisions" intéressant avant de se lancer dans le parc.

     

    Ecocentro - Squelette de baleine france australe      Ecocentro      Ecocentro

     

     

    Le parc est à une bonne heure et demi de la ville, et une fois les stocks de vivres achetés (on va essayer d'y rester le plus longtemps possible car le droit d'entrée ne se paye qu'une fois, après tu peux rester camper dans le parc autant que tu le souhaites). On fait tout de même un arrêt bivouac sur des plages au sud de la péninsule, lieu de bivouac sauvage très connu des voyageurs.

    Une fois arrivés, Laurent est intrigué par le comportement étrange des cormorans et pétrels géantes. Il va jeter un œil et me fait signe de le rejoindre... Au fur et à mesure que je me rapproche, une puanteur se fait sentir, du genre à vous faire vomir si vous vous bouchez pas les narines: là, juste devant nous, une baleine franche australe en décomposition! Elles viennent ici en masse pour donner naissance et s'accoupler, puis repartent se nourrir dans des eaux plus poissonneuses. A cette période de l'année, elles ont déjà quitté l'endroit depuis plusieurs semaines, c'est donc la seule que nous auront la "chance" de voir.

     

    Baleine franche australe en décomposition      Baleine franche australe en décomposition (et Laurent qui l'observe)

     

     

    Arrivés devant l'entrée du parc le lendemain, le prix demandé fait presque faire demi tour à Laurent. Alors qu'il s'attendait à payer cent pesos et quelques par personne, l'entrée est en réalité à 260$/personne (20€)! Il commence à tenter de négocier le prix avec le caissier (qu'il nous fasse payer le prix "locaux" et pas le prix "gros touristes américains qui ont plein de fric") sans trop de succès... Pire, en voyant que nous bloquons la barrière, un policier vient voir ce qu'il se passe. On fini donc par payer nos 520 pesos  et on s'en va. Rien de mieux pour mettre mon pilote de mauvaise humeur!

    Heureusement, la possibilité de voir des orques compense un peu tout ça. Oui car il faut savoir que cette péninsule (mais aussi toute la zone cotière du Chubut et une partie du Santa Cruz) est le paradis de l'observation des mamifères marins. Les baleines franches australes viennent en masse s'y reproduire, les éléphants et lions de mer en font de même, tout comme les manchots de Magellan. Et autour de tout ce beau monde, on peut voir les orques qui viennent se nourrir et les admirer effectuer leurs célèbres "échouages volontaires" pour "cueillir" les jeunes phoques inconscients à même la plage!

    Bon autant vous le dire tout de suite, il y a à peu près toujours du spectacle sur la péninsule, sauf en cette période de l'année, les baleines sont déjà parties depuis plusieurs semaines et les orques ne devraient pas arriver avant une bonne quinzaine de jours. Nous allons devoir être patients et chanceux pour voir quelque chose...

     

     

    Nous commençons par une visite au centre des visiteurs où nous recevons des informations sur les différents lieux où nous pouvons observer les animaux. Nous voici donc en route pour Punta Piramides et sa colonies de lions de mer. La descente jusqu'au point de vue est raide et le sable profond. Pas de problèmes pour nous mais à notre arrivée une voiture est coincée, puis deux, puis trois... Ils finissent tous par s'en sortir non sans mal, mais une fois arriver au point d'observation, la garde nous dit de repartir: ils vont essayer de retaper la route et l'accès sera fermé pour quelques heures. On lui explique que ça nous pose pas de problème, et lui demande à rester (on a tout le temps). Un message à la radio "hay dos turistas que se quedan aqui" (il y a deux touristes qui restent ici) et avons donc le site pour nous pendant 2h!

     

    Et nous on passe où?

     

     

    On profite de notre visite privée pour casser la croûte et observer les lions de mer (otaries). Il y en a de tous les âges, du bébé à peine né au gros mâle adulte. C'est vraiment super de voir comment vie une colonie! Ils sont si près, on peut les entendre et mêmes les sentir (et ça ne sent pas vraiment bon...

     

    Lions de mer      Lions de mer      Lions de mer mâle

     

     

    On continue notre exploration du parc le lendemain avec les manchots de Magellan. Ils sont vraiment près de nous (moins d'un mètre) et il faut dire ce qui est, plutôt amusant à observer et trop mignons.

     

    Manchots de Magellan      Jeune manchot de Magellan      Manchots de Magellan adultes

     

     

    Après les manchots, viennent les éléphants de mer. Il y en a peu, la majeure partie a déjà repris le large (on a vraiment bien choisi notre moment!). Pas de mâles adultes à l'horizon (ceux avec le gros nez qui a valu à l'espèce le nom "d'éléphant"). C'est pas grave, on part faire une petite promenade pour observer ce qui est observable.

     

    Elepahnts de mer      Petite balade      Petite balade

     

     

    On va ensuite à Punta Norte. Ici ce sont de nouveau des lions de mer mais surtout, c'est ici qu'on peut apercevoir des orques!

    Pas de chance pour nous mais nous aurons tout de même vu deux bébés à peine nés. Nous avons vu la mère le lécher et expulser la placenta qui fait la joie des goélands et autre oiseaux marins qui ne sont jamais très loin en période de naissance.

    Sur le parking nous avons aussi vu plusieurs peludos, sorte de tatous qui faisaient le tour des voitures après la pause casse croûte des touristes. Pas farouches les bestioles!

    En quittant le parc nous voyons deux nandous de très près. Ca ne remplace pas les orques mais c'est déjà pas mal.

     

    Le lion de mer à gauche a surement eu affaire à un filet de pêche      Lions de mer, mâle et femelle      Festin de placenta!

     

    Lion de mer mâle      Cuy patagonico (cochon d'inde de Patagonie)      Peludo

     

    Péninsule Valdes      La vue depuis notre coin de camping

     

     

    Il est à présent temps de reprendre la route vers le Sud. Nous venons de recevoir un mail de Veronika et Michael, les Allemands avec qui nous avons déjà beaucoup voyagé. Ils ne sont pas très loin de nous et on essaie de se donner rendez-vous.

     

    On s'arrête à Trelew pour une journée pédagogique au musée paléontologique. A l'entrée il y a un panneau expliquant qu'ils sont en train de construire un nouveau bâtiment pour le musée. On ne comprend pas bien puisque celui ci n'est pas si mal, plutôt récent et de bonne taille par rapport à ce qu'il y a à voir. Notre avis change quand on se rend au parc expo et qu'on se retrouve nez à nez avec le plus grand dinosaure du monde! 20m de haut, 41 de long pour 80 tonnes. Il est exposé au public depuis une semaine à peine, on a de la chance! Découvert en 2011, il n'a pas encore de nom, les recherches le concernant sont toujours en cours.

     

    Musée paléontologique     Ouefs de dinosaure fossilisés      Crabes de pierre

     

    Une jambe de plus grand dino du monde      Le plus grand dino du monde

     

    Le plus grand dino du monde. Me voyez-vous?

     

    Le rendez-vous est pris avec les Allemands, on se retrouvera à Caleta Olivia. Malheureusement, le jour où ils doivent arriver, la ville est bloquée. Ce sera d'ailleurs le cas de toutes les villes de la Ruta 3 (celle qui descend le long de la côte Atlantique) et à l'heure où j'écris ces lignes la situation n'est toujours pas réglée. Il semble que ce sont les ouvriers pétroliers qui demandent à être payés, pour les heures effectuée en décembre...

    Nous sommes au sud de la ville et les Allemands au nord, nous voici donc séparés par quelques kilomètres seulement mais impossible de se rejoindre. Bon la chance que nous avons est que nous sommes à l'extérieur des barrages, et que nous campons juste à coté d'une grande colonie de lions de mer, on a de quoi passer le temps! On passera une journée et une nuit à les attendre, puis décidons d'aller jusqu'à la forêt pétrifiée qui se trouve quelques kilomètres au sud.

     

    Heureusement au sud de Caleta Olivia, une colonie de lions de mer a élu domicile      Et on peut les voir de vraiment près!      Lions de mer

     

    Particularité de l'Argentine, certains parcs comme la péninsule Valdes coûtent cher et d'autres, en général hors des itinéraires touristiques, comme cette forêt pétrifiée ne coûtent rien... Une forêt pétrifiée est toujours intéressante à visiter et ici il y a même des pommes de pins fossilisées! Le garde qui nous accueille est passionné et c'est agréable de l'écouter.

     

    Troupeau de guanacos      Guanaco      Troupeau de guanacos

     

    Tronc pétrifié      Pommes de pin      Tronc pétrifié, toujours impressionant à voir

     

     

    Nous rejoignons la ville de Puerto San Julian. Toujours pas de nouvelles des Allemands qui sont quelque part au nord et ni de nos amis Américains (Mallary et Chris) qui sont en train de remonter et sont coincés au sud! On commence à se dire qu'on ne va jamais réussir à se rejoindre.

    Le lendemain au camping, alors que je m'apprête à m'installer pour écrire un nouvel article, j'entend un bruit familier. C'est Nanuq, le Land Cruiser des Allemands! Ils venaient là complètement par hasard, voulant simplement prendre une douche. Nous qui pensions ne plus jamais les revoir après Cusco, sommes bien contents. Ils me demandent où sont les Américains. "Je n'en sais trop rien, ils devraient arriver ce soir ou demain." J'ai à peine fini ma phrase que leur 4Runner se gare à côté de nous. Nous voici donc réunis tous les 6, environ 4 mois après nous être quittés en Equateur!

     

    Michael, Veronika, Lise, Laurent, Mallary et Chris

     

     

    Il est à présent temps de quitter Mallary et Chris. Ils sont au bout de leur voyage et font route vers le nord car ils rentrent chez eux bientôt.

    On décide de quitter la ville en fin d'après midi pour éviter les blocages qui cessent normalement après 17h et rejoignons Veronika et Michael (partis plus tôt et donc restés coincés) au niveau du parc de Monte Leon.

    Lorsque nous allons nous enregistrer auprès des gardes parcs le lendemain, un "fou à vélo" (c'est comme ça que nous surnommons les personnes qui ont choisi le vélo comme moyen de locomotion pour leur voyage) nous accoste. Il souhaiterait visiter le parc mais pas à vélo, il demande donc si on peut le prendre avec nous pour la journée. Ni une ni deux il (Pablo) monte à l'arrière et nous visitons le parc tous les trois.

    Nous faisons une petite marche qui nous mène jusqu'à une colonie de manchots de Magellan mais il y en a peu. Les jeunes étant assez grands à présent, les deux parents quittent la plage en même temps pour aller chercher de la nourriture.

     

    Monte Leon      Monte Leon      Famille de renard - Monte Leon

     

    Un renard berger?      Zorro colorado

     

     

    En quittant le parc, nous déposons Pablo à son vélo et prenons la route vers Rio Gallegos, on essaie toujours d'éviter les blocages. Après un essai infructueux pour remplir notre bouteille de gaz (la station est fermée le samedi...) nous sommes prêts à quitter l'Argentine l'espace d'un instant afin d'aller en Terre de feu. En effet pour rejoindre Ushuaia, il y a un passage obligé au Chili.

     

     

    Juste avant la frontière : la laguna azul (bleue) qu'on a trouvée plutôt verde (verte)

     

     


  • Commentaires

    1
    Mamie MW
    Mardi 19 Avril 2016 à 23:00

    Je me régale toujours autant. Mème avec plus d'emmotions!!! Quellles belles aventures . Bien sûr que nous te voyons devant le plus grand dino.Vous étes bien petits à coté. Avec ce magnifique paysage,l'alsace doit vous sembler fâde!!!!! Bises à tous les deux .

    2
    Patrick
    Samedi 23 Avril 2016 à 23:40
    Même si je n'écris pas souvent je vous suis toujours et là je vous dis for_mi_dable... Paysages, photos, textes, vous, tout quoi grosses bises à vous deux Patrick
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :