• La carretera austral

    Du 1er au 8 mars 2016

     

    (Article de Laurent)

     

    Nous revoici au Chili.

    Bon avouons le : c'est malgré tout un peu à contrecœur que nous quittons (même temporairement) notre Argentine chérie.

    Mais s'il y a une chose sur laquelle la très grande majorité des voyageurs que nous avons rencontrés jusque là s'accorde à dire, c'est que la Carretera Austral est un incontournable du Chili ! Et vous commencez à nous connaître, quand on nous survend et vante certaines "attractions" ou zones géographiques, on a tendance à se méfier, mais on finit toujours par y aller pour se faire notre opinion.

     

    La carretera austral

    Nous rejoignons donc la région d'Aïsen par la frontière de Chile Chico, le long du lac Général Carrera. ce lac est somptueux : alimenté par les glaciers environnants, il est d'un bleu laiteux envoutant, presque irréel. Cela nous donne un bel aperçu de ce que l'on rencontrera un peu plus au nord dans la région des lacs en Argentine.

    Pour la petite histoire, ce lac est le deuxième plus grand d'Amérique du Sud (derrière le Titicaca) et est à cheval entre le Chili et l'Argentine. Il s'appelle Lago General Carrera côté chilien et Lago Buenos Aires côté argentin.

    Nous longeons ce lac jusqu'à une embouchure où il se jette dans un plus petit lac, le Lago Bertrand où nous pouvons admirer de plus près la couleur des eaux. Depuis ce lac se crée une rivière, le rio Baker, connu dans l'univers du rafting comme "la plus belle rivière du monde". En effet, on peut imaginer le plaisir (et l'adrénaline) de descendre en rafting ces flots bleus glaciaires ! Quelques kilomètres au sud de ce lac se trouve le lieu dit de Confluencia : la confluence entre le rio Baker (bleu) et le rio Nef (marron vert) nous offre un spectacle naturel admirable.

     

    La carretera austral      Lago general Carrera      Le rio Baker

     

    La confluence entre le rio Baker (bleu) et le rio Nef (marron vert)      La carretera austral

     

    Nous ne descendrons pas plus au sud sur la Carretera Australe : par là tout est plutôt sauvage et destiné aux puristes (que nous ne sommes plus vraiment en cette fin de voyage) et c'est un cul de sac qui nous obligerait à revenir sur nos pas après de très nombreuses heures de route. Comme nous n'avons pas prévu de trop nous attarder au Chili (l'Argentine nous manque déjà, surtout à moi) nous passons notre tour et filons en direction de Puerto Tranquilo.

    Cette petite bourgade est très connue des touristes (et donc archi chère et "surfaite" comme on les aime, ou pas...) car elle est située à quelques kilomètres de bateau d'une attraction naturelle d'exception : les cuevas de marmol (grottes de marbre). Ces formations rocheuses ont été naturellement créées au fil des millénaires par l'érosion des falaises de marbre par les eaux glaciaires du Lac Carrera. Le résultat est stupéfiant : des grottes et cavernes aux parois profilées et arrondies comme dans les plus belles cathédrales européennes ! Mis de coté l'aspect hyper touristique de la ville et le mauvais temps (on a vraiment pas eu de chance sur ce point là) c'est une sortie qui vaut la peine d'être faite. Gros bémol pour les Chiliens du coin, qui confirment qu'ils sont définitivement bien moins ouverts à la négociation que leurs pays voisins, même en cette période "touristiquement creuse". Ici tout est très clair : "tu es un touriste parmi tant d'autres et on veut ton pognon, pas ta satisfaction..." Dommage.

     

    Les grottes de marbre      Les grottes de marbre      Les grottes de marbre

     

    Les grottes de marbre      Les grottes de marbre      Le lago general Carrera

     

    Toujours sur Puerto Rio Tranquilo, où nous décidons de dormir garés dans la rue afin de ne pas avoir à payer un hostel hors de prix, nous nous inscrivons à une sortie un peu spéciale : une excursion randonnée sur glacier. Nous avions déjà hésité à le faire en Argentine mais avions renoncé car c'était hors de prix. Ici paradoxalement c'est meilleur marché (60 ou 70 € par personnes tout de même) car le glacier en question est accessible en voiture (moyennant 3h de marche soutenue tout de même) alors que précédemment il aurait fallu payer de couteux transferts en bateau.

    Nous voici donc embarqués pour une longue journée d'expédition : après un RDV à 9h00 nous partons finalement à 9h40 le temps de récupérer tout le monde. Nous serons 6 touristes dans le minivan qui prend la route / piste en direction du glacier. Après 1h30 de route, nous arrivons à l'entrée du Parc National du Glacier Exploradores où nous récupérons nos équipements de marche sur glace (crampons et guêtres) et pénétrons dans le parc pour 2h de marche avant d'atteindre le glacier.

     

    Sur la route pour le glacier la cascade de la loutre

     

    Ah oui, pour tous ceux qui se posent la question : si le parc est accessible par la piste et que vous avez un véhicule, pourquoi passer par une agence pour organiser votre randonnée ? Et bien tout simplement parce que sans guide, tu n'as pas réellement accès au glacier : tu as juste accès à un petit sentier qui te mène à un mirador (entrée payante en sus de l'entrée au parc). Et comme les agences ne proposent pas de réduction si tu te rends par tes propres moyens au parc nous avons choisi de ne pas prendre notre véhicule et ne pas avoir à conduire 1h30 en fin de journée pour rentrer au village. Par contre, pour les puristes (que nous ne sommes plus vraiment en cette fin de voyage, vous vous souvenez?) il est possible d'aller camper encore plus loin dans cette vallée qui débouche sur la "bahia exploradores" qui, il parait, est sublime et (pour le moment) encore sauvage.

    Nous voilà donc crapahutant depuis 2 bonnes heures au milieu des rochers. On voit le glacier au loin depuis un moment déjà et notre guide nous fait remarquer que quelques centimètres sous les graviers sur lesquels nous marchons, il y a déjà de la glace : on touche au but! Après quelques explications sur la techniques de marche avec les crampons, c'est parti pour presque deux heures de marche sur la glace. C'est très chouette. On est encerclé par des dunes gelées. On peut "visiter" des grottes toutes bleues et s'aventurer sur des pentes abruptes avec nos crampons : on passe un très bon moment.

     

    Glaciar exploradores      Les "vagues" gelées du gliaciar exploradores      Glaciar exploradores

     

    Glaciar exploradores      Glaciar exploradores      Glaciar exploradores

     

    Le lendemain on fait route vers Coyhaique où nous faisons quelques courses (enfin!) et nous posons dans un camping tout confort avec douches chaudes et internet de compétition. Session repos, informatique, et repas un peu plus évolués au programme.

    Notre prochaine étape est le Parc National Queulat, et plus précisément le Ventisquero Colgante (glacier suspendu). Sur la route y menant il y a un autre "immanquable" de la Carretera Australe : le Bosque Encantado (la forêt enchantée). Il parait que c'est super, mais nous sommes indécis : la route va être fermée (pour plusieurs heures) à cause des travaux d'ici une heure. Nous ne voulons pas dormir au milieu de la zone de chantier et passons donc notre chemin.

    Nous avons vu de magnifique forêt en Amérique Centrale avec les forêts des nuages et franchement nous sommes refroidi par le prix d'entrée. Même si la forêt fait parti du parc national, la concession a depuis peu été cédée et il faut donc payer une autre entrée. On commence à être agacé par ce coté "payer, payer, payer (et toujours plutôt cher en plus)".

    Arrivés au parc national nous attaquons la petite marche (1h) vers le mirador du glacier : une fois de plus le spectacle est impressionnant (même si cela ne rend pas très bien en photo)

     

    Ventisquero Colgante      Ventisquero Colgante

     

    Nous continuons maintenant notre route vers le nord, vers le Paso de Futaleufeu et l'Argentine. Décidément nous ne sommes pas conquis par le Chili, trop cher et touristique à notre goût, les Chiliens rencontrés n'ont pas toujours fait preuve d'une amabilité légendaire et on trop souvent eu l'impression d'être des portemonnaies géants à leurs yeux (encore plus que dans des zones bien plus pauvres du Pérou ou de Bolivie).

     

    En route pour l'Argentine      "Votre gêne est un petit sacrifice face au bénéfice de cette route"

     


  • Commentaires

    1
    mémé lolo
    Mardi 26 Juillet 2016 à 19:56

    carrément fabuleuses les grottes mais aussi ce glacier. Vous avez bien fait, malgré tout, d'ouvrir le portefeuille, ça valait le coup

    2
    claude
    Mardi 26 Juillet 2016 à 23:59
    C juste somptueux. ...formidable nature ....
    3
    Mamie MW
    Lundi 1er Août 2016 à 22:40

    C'est toujours super, mais là il y a vraiment une beauté en plus.Vous êtes bien courageux, pour les heures de marche.... Bravo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :