• Là haut dans la montagne !

    Du 17 septembre au 5 octobre 2015

     

    La mer est à présent derrière nous, nous sommes en route pour le Lago Quilotoa à 3 800 m d'altitude. A notre arrivée nous avons une bonne surprise : Sissi et Günter dont nous avons entendu parlé depuis quelques temps (par Veronika & Michael et Mallary & Chris) sont là! Ca nous fait plaisir de les rencontrer et surtout de découvrir leur fameux XP Camper, un petit bijou bien au dessus de nos moyens.

     

     

    Le XP Camper de Sissi et Günter      De G à D : Michael, Veronika, Sissi, Günter, Lise et Laurent      Lago Quilotoa

     

    Lago Quilotoa

     

     

    Nous savons que Veronika et Michael sont aussi en route pour le lac mais ne les voyant pas arriver, nous partons à leur recherche. Il y a plusieurs endroits où passer la nuit autours du lac et il semble que nous n'ayons pas fait le même choix. On entame donc une balade autour du lac (balade qui se transforme en marche à 3800m, le souffle nous manque pour grimper les quelques dizaines de mètres de dénivelés qui nous font face) d'environ 50 minutes pour aller à leur recherche. Günter nous prête un talkie walkie pour nous prévenir si jamais ils arrivent entre temps (ça serait couillon qu'on marche pour rien!). On les trouve finalement sur un parking, et après leur avoir dit que leurs amis sont avec nous dans un endroit bien plus sympa, ils décident de nous rejoindre. Ca nous arrange bien, ils peuvent nous raccompagner au camping. Pas besoin de renter à pieds!

     

    En route pour aller chercher les "Germans"      Sur les bords du lac      Nanuq on tour!

     

    Il faut parfois un peu de temps pour s'habituer à l'altitude. En ce qui nous concerne mis à part un léger mal de tête pour Laurent et quelques nuits d'insomnie pour moi nous avons plutôt bien supporté le changement. Ca ne nous a pas empêché de ne pas bouger de la voiture le lendemain. Préférant utiliser notre temps pour planifier le reste de notre séjour équatorien et regarder un film pendant que nos voisins sont partis marcher.

     

    Sur la route pour le lac      Canon del Rio Toachi      Sur la route entre Zumbahua et le lago Quilotoa

     

    Nous faisons aussi un arrêt à Zumbahua pour son marché de samedi. Nous avons de la chance, une sorte de manifestation a lieu. Elle a pour but, d'après ce qu'on a compris, d'encourager les familles à envoyer leurs enfants à l'école plutôt que de les faire travailler. "Un enfant à plus à perdre en travaillant que ce qu'il gagne" est le slogan de la journée. Les enfants reçoivent d'ailleurs un cartable rempli de fournitures scolaires. Pour nous c'est un régal pour les yeux, les indiens portant des tenus des plus colorées!

     

    Marché Zumbahua      Zumbahua      La partie "touristes" du marché

     

    Zumbahua      Zumbahua      Remise des cartables

     

    Zumbahua      Zumbahua      Zumbahua

     

    Alors que Sissi & Günter font route vers la côte et que Veronika & Michael vont vers Baños à l'Est, nous restons dans les montagnes. Autant profiter de notre acclimatation à fond et aller rendre visite au Chimborazo, le plus haut sommet d'Equateur. Ce volcan culmine à 6 310 m mais nous nous contenterons de la barre symbolique des 5 000m. C'est déjà pas mal. De plus les expéditions qui visent le sommet sont réservées aux alpinistes chevronnés. Pas vraiment nous quoi.

    Fait intéressant : Le Chimborazo est le plus haut sommet du monde si on prend la distance depuis le centre de la Terre. Ceci est dû au fait que la Terre est aplatie aux pôles. Il atteint alors les 6 384 km et 687 m alors que l'Everest n'est "qu'à" 6 382 km et 467 m soit une différence de 2 km et 220 m. C'est donc, par là même, le point le plus proche du soleil. Mais n'allez pas croire que la température y est agréable. L'une des signification de Chimborazo est "vent froid", ça vous donne une idée...

    Toujours est-il qu'on a pris notre courage à deux mains (cachées dans les moufles) et qu'on a entamé le circuit de 2 km aller/retour qui nous a mené jusqu'au pequeño lago (petit lac), ou plutôt devrais-je dire la flaque de boue, à 5 070 m d'altitude. Le souffle est court, les jambes lourdes et les pauses fréquentes mais nous y sommes arrivés.

     

    Le volcan Chimborazo      Nous voici à 5 000 m!      Le petit lac

     

    Si je peux vous donner un conseil, arrivez assez tôt le matin. Dès l'ouverture du parc si possible (8h). Vous aurez alors la chance de voir un bon nombre de vigognes, des cousines du lama. Elles sont plus petites, non domestiquées et beaucoup plus mignonnes qu'un lama (si si, c'est possible!) De plus, le sommet ne nous est apparu qu'entre 8h30 et 9h. Après ça les nuages commencent à s'accrocher.

     

    Vigognes      Vigognes      Celle-ci semble curieuse

     

    Nous continuons ensuite vers Salinas (toujours dans les montagnes, à ne pas confondre avec celui sur la côte), afin de visiter une chocolaterie et une fromagerie. Nous passerons d'ailleurs la nuit sur le parking de cette dernière. Ceci nous a permis d'observer le manège des producteurs de lait des environs qui viennent livrer le fruit de leur travail à partir de 6h30 et jusqu'environ 9h. Ils sont 150 (pour une production de lait de 3 000 L) à défiler. Tous les modes de transport sont là : le pick up, la moto, le dos de cheval, le dos d'âne, le dos de lama et le dos d'homme (ou plutôt de femmes, bien plus nombreuses à venir).

    La ville produit aussi du sel (d'où son nom) et des vêtements. En ce qui nous concerne nous sommes repartis avec un pot de Choco crema, sorte de Nutella à la noix de macadamia, et de l'Emmental. C'est dommage à dire mais ce fromage, plutôt fade, a vraiment du goût comparé à tout ceux qu'on peut trouver en Amérique latine! On est même arrivés à aimer le cheddar, c'est dire!

     

    Sur la route pour Salinas      Sur la route pour Salinas      Alpagas sur la route pour Salinas

     

    La saline      Livraison du lait      Fabrication de fromages

     

    Là haut dans la montagne !      La plus vieille église d'Equateur     

     

    Au dessus des nuages

     

    Nous voici à présent à Cuenca, la deuxième ville pour acheter un Panama si vous avez raté Montecristi. Je n'ai pas trouvé la ville si extraordinaire que ça alors qu'elle a assez plu à Laurent. C'est assez joli, et l'atmosphère coloniale encore présente. Lors de nos balades on tombe sur un atelier de sculpture sur Tagua (ivoire végétale issu d'une noix) dont le proprio très sympa nous offre une visite et démonstration.

     

    Cuenca      Graine de tagua      Atelier de tagua

     

    Nous allons ensuite à Vilcabamba où nous resterons 5 nuits, sans rien faire (ou presque) de nos journées. Veronika et Michael nous rejoignent le jour où nous avions décidé de partir. On reste donc 2 nuits de plus et on passe nos soirées à jouer au billard, fléchettes et ping pong.

    En quittant la ville Laurent entend un drôle de bruit et sent des vibrations dans son pied quand il frêne (promis il avait pas bu!) On est samedi aprèm et on doit trouver un garage. Pas gagné quoi. Par chance on trouve quelque chose et même si le mécanicien semblait sur le point de partir, il accepte de jeter un coup d'œil à la voiture. Verdict : il faut VRAIMENT changer les plaquettes de freins. Ca faisait quelques temps que Laurent m'en parlait, voilà qui est fait!

     

    Tischtennis      Petit arrêt mécanique      A gauche la vieille, à droite la neuve

          

    Nous avions prévu de prendre la frontière la plus à l'Est entre l'Equateur et le Pérou mais les fortes pluies de ces dernières après midi nous ont passé l'envie d'attaquer cette route de terre. On décide donc d'aller vers Zaruma, une mignonne  ancienne ville minière (or) dans les montagnes. On la visite d'abord le soir de notre arrivée puis le lendemain matin avant de continuer notre route vers la côte.

     

    Zaruma de nuit      German bread delivery      Zaruma de nuit

     

    Zaruma de jour      Zaruma de jour      Zaruma de jour

     

    Nous voici à présent à deux pas de la frontière, complètement à l'Ouest du pays (nous qui voulions traverser à l'Est, merci Véronika et Michael!) Nous passerons une dernière nuit en Equateur, dans une ancienne base militaire devenue réserve naturelle avant de partir à l'assaut d'un nouveau pays.


  • Commentaires

    1
    mémé lolo
    Mardi 6 Octobre 2015 à 20:56

    merci pour ce nouvel article. Bonne continuation

    2
    mémé lolo
    Mardi 6 Octobre 2015 à 21:10

    il était largement temps de les changer les plaquettes

    3
    Ben
    Mardi 6 Octobre 2015 à 21:48
    Superbes photos, mais où est le Panama ?!!
      • Mercredi 7 Octobre 2015 à 20:44

         

        Voili voilou! happy

    4
    Mamie MW
    Mardi 6 Octobre 2015 à 22:23

     De toute Beauté, ces différentes vues. Bravo une fois de plus.

    Bonne continuation sans trop  d'ennuis.

    5
    Clement
    Mardi 6 Octobre 2015 à 23:52

    Vous avez pas fâché les lamas au moins? parce que quand lama fâché...

    Sinon, j'ai toujours rêvé d'un authentique poncho.. sarcastic

     

    6
    mamie cricri
    Mercredi 7 Octobre 2015 à 09:17

    cela faisait un bout de temps que nous n'avions plus rien à lire..........voilà qui est fait !!!! et en plus de magnifiques photos à visionner  bonne continuation dans votre belle expédition  bisous  bisous à vous partager et très bon anniversaire à Lise fêtez bien !!!!je boirai un coup à ta santé LISE

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :