• Oaxaca ou le pays de l'artisanat

    Du 05/04/15 au 11/04/15

     

     

    Notre dernière grosse étape mexicaine se fait dans la région de Oaxaca, célèbres pour ses villages d’artisans. Et c’est bien ça qui nous a retenu 1 semaine là bas (ça et le sympathique petit camping tenu par un couple de Canadiens). Nous n’avons pas trouvé la ville de Oaxaca très intéressante. Grise et terne, nous n’avons pas prit le temps de la visiter à fond. La traverser matin et soir pour aller faire nos visites nous a bien suffit. Notre point de chute se situe à Santa Maria del Tule au camping Overlander Oasis et sur la route nous croisons un curieux personnage. Nous avions entendu parler de lui quelques jours plus tôt, nous avons apprécié le croiser, ou plutôt le dépasser...

     

    La classe à l'anglaise!

     

    Le village de Santa Maria del Tule vaut déjà une visite, il y a la bas un cèdre plus large que haut, impressionnant à voir. Daté de plus de 2 000 ans (sur ce point j’ai comme un doute) il mesure 58 m de périmètre et 42 de haut pour 815 m3 et 636 tonnes de bois.

     

    Le cèdre de Santa Maria del Tule      Le cèdre de Santa Maria del Tule      Santa Maria del Tule

     


    Nous partons ensuite pour le sud de Oaxaca au village de San Antonino célèbre pour ses broderies, nous n’en avons jamais trouvé ! Nous remontons donc petit à petit. Arrêt suivant, Santo Tomas là bas les femmes tissent de magnifique choses, hautes en couleurs, autours de leur taille. La largeur du tissu est donc limité mais pas sa longueur. Avec ces bandes, elles font ensuite toutes sortes de produits : des sacs, des chemins de tables, des serre-têtes… On ne résiste pas et repartons avec plusieurs souvenirs. C’est aussi dans ce petit village que nous achetons non pas une mais bien deux robes ! Depuis le temps que j’attendais ! La mienne ayant disparue pendant le transport ça faisait 9 mois que je répétais à Laurent que j’en voulais une autre. J’ai eu droit à tout : « attend les USA c’est moins cher », « attend la Californie on va bien trouver là bas », « attend la Floride »… Bref j’ai pas mal attendu. Mais je suis satisfaite. 


    Oaxaca ou le pays de l'artisanat      En ce qui me concerne c'est juste pour la photo!      Petit échantillon au mercado du village

     

    Santo Tomas      Santo Tomas

     


    Toujours en remontant, nous nous arrêtons dans un autre village, spécialisé dans la sculpture et la peinture sur bois : les alebrijes. A voir absolument ! On trouve toutes sortes d'animaux. Des plus "communs" comme des colibris et des coyotes aux plus irréels comme des dragons, qui font partie de la culture Zapotèques. Nous avons eu de la chance, nous sommes arrivées au moment d’un marché des artisans à l’occasion des fêtes de Pâques. Ils sont donc tous rassemblés sur la place et nous pouvons passer d’un artiste à l’autre très facilement. Nous sommes tombés amoureux de cet artisanat. Tout particulièrement du travail du Lucy, d’une minutie et d’un détail à couper le souffle. Malheureusement son travail magnifique était hors budget pour nous (plusieurs centaines d’Euros) et avons donc jeté notre dévolu sur un travail moins détaillé mais bien moins cher.

     


    Lucy et notre Alebrijes coup de coeur      Le travail de Lucy     Le stand de Lucy

     

    On en trouve de toutes les tailles!      Alebrijes      Alebrijes Tatoo très joli lui aussi (et très cher lui aussi)

     


    Autre journée autre visite, cette fois ce sera une ruine maya. Celle de Monte Alban, plus petite que Teotihuacan mais tout aussi importante en son temps. La particularité ici est que la cité se situe au sommet d'une colline, qui domine les alentours (d'où la taille relativement restreinte du site). Là encore les marches sont disproportionnées et les monter n’est pas une partie de plaisir mais la vue d’en haut vaut toujours le coup d’œil. 


    Monte Alban      Monte Alban      Monte Alban

     

    Monte Alban      Monte Alban - le musée

     


    Ce jour là, sur le chemin du retour nous allons faire un crochet dans un village spécialisé dans la poterie verte. Il y a aussi un village spécialisés dans la rouge et un autre dans la noire. Comme il est plutôt difficile de transporter ce genre d’objet nous ne les avons pas tous visité mais avons pu les voir sur différents marchés. Le niveau de détail est toujours aussi impressionnant.

    Nous avons aussi visité un village spécialisé dans les tapis en laine. Quand on vous dit que l'artisanat est riche dans le coin!

      


    Oaxaca      Oaxaca       Oaxaca

     

    Oaxaca - tapis en laine      Oaxaca - tapis en laine

     


    Entre deux journées passées à El Tule, nous partons passer la nuit à Hierbe el Agua, un site au cœur d’un village indien où l’on trouve des « piscines » semblables à celles de Yellowstone aux Etats-Unis. Seulement ici on peut s’y baigner. Lors de notre arrivé le soir, le site est plutôt occupé mais comme nous passons la nuit sur place nous sommes les seuls le lendemain matin. Laurent trempe les pieds, pour ma part je me contente de la vue, plutôt sympathique depuis ces piscines à débordement.

      

    Hierbe el Agua      Hierbe el Agua      Hierbe el Agua

     

    Hierbe el Agua      Hierbe el Agua      Hierbe el Agua

     


    Dernière visite en retournant au camping, les ruines de Mitla, là encore c’est différent. Les Zapotèques ont agrémenté les murs de figures géométriques qui, au fil des ans, ont résisté aux tremblements de terre successifs de la région.

     


     Mitla      Mitla      Mitla

     

    Mitla      Mitla      Mitla

     

    Nous allons aussi visiter une fabrique de mezcal, un alcool fabriqué lui aussi à base d’agave, mais différent que celui pour la tequila. Le processus est plutôt long. Après la récolte de l’agave (il faut 9 à 10 ans pour avoir un « morceau » d’environ 80kg qui permettra de fabriquer environ 10L), ils la font cuire sur des pierres chauffées à vif pendant un moment. Les morceaux sont ensuite coupés à la machette avant d’être passés sous une meule tirée par un cheval. Le résultat de cette opération macère pendant un bon moment dans des bacs en bois avant d’être distillé (jusqu’à 3 fois pour les meilleurs mezcals). Après avoir ajouté du sucre (et nous semble –t-il de l’eau) le tout est stocké dans des fûts en chêne et selon la durée le liquide devient plus ou moins foncé (et en ce qui concerne le plus vieux que nous avons goûté il avait même un léger goût de fumé). 

     

    1ère étape pour la fabrication du Mezcal - la cuisson      2ème étape pour la fabrication du Mezcal - le broyage      3ème étape pour la fabrication du Mezcal - la macération

     

    4ème étape pour la fabrication du Mezcal - la distillation      La distillation

         

    Nous profitons de notre séjour à Overlander Oasis pour apporter quelques améliorations à la voiture. Grâce à Calvin, le propriétaire, et ses talents de bricoleur nous repartons avec une nouvelle charnière pour notre porte arrière. En effet ça faisait quelques mois qu’elle descendait d’un cran quand on l’ouvrait et qu’il fallait la soulever pour la fermer. Pas vraiment pratique. C’est en démontant le tout qu’on s’est aperçu que la charnière était tout simplement cassée… La portière ne tenait plus que part un fil.


    Calvin nous a aussi bricolé de quoi mettre un cadenas aux portes arrières afin d’éviter toutes nouvelles intrusions lors d’un prochain trajet en ferry. Et grâce à Leanne, sa femme, nous avons enfin de vraies moustiquaires pour la tente sur le toit. Un vrai bonheur ! Nous avons aussi fait appel à Victor, un sellier mexicain, pour nous fabriquer des moustiquaires pour les vitres latérales et de mon côté j’ai entrepris de découdre une moustiquaire d'abri extérieur que nous trainons depuis le Canada et qui ne nous était d’aucune utilité. Il nous permettra de barricader les portes arrières à toutes bestioles volantes qui tenteraient de rentrer. Nous voilà parés pour l'Amérique Centrale!

     

    Calvin à l'oeuvre sous l'oeil émerveillé de Laurent      Notre nouvelle charnière      Tada!

     

    Calvin toujours à l'oeuvre et Gregor, un voyageur canadien polisson      Re Tada!      Concentration quand tu nous tiens!



    Deux jours plus tard, et après avoir passé deux nuits plutôt horribles (minimum 30°C et pas de vent, d'ailleurs le prochain achat pour la voiture sera un ventilateur 12V) sans possibilité d'ouvrir le toit puisque nous étions dans des stations service,nous sommes à la frontière avec le Guatemala.


  • Commentaires

    1
    mémé lolo
    Samedi 2 Mai 2015 à 00:29

    très beau résumé de votre passage à oaxaca

    2
    claude
    Samedi 2 Mai 2015 à 00:40
    Tout simplement fantastico
    3
    mamie cricri
    Dimanche 3 Mai 2015 à 12:42

    que de belles choses....très colorées et des résumés digne  d'un reporter hors pair  BRAVO

    4
    poupoule
    Mercredi 6 Mai 2015 à 00:10

    ta robe est très belle ! maintenant il faut les chaussures qui vont avec !! yes


    beaucoup de merveilleux souvenirs de notre voyage avec la classe, il y a déjà 3 ans lorsque je regarde vos superbes photos !!


    gros bisous vous 2 et bonne continuation :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :