• Tombes, stelles et plein de boue!

    Du 14 au 29 août 2015

     

    En quittant le désert de la Tatacoa, toujours accompagnés de "nos Allemands" nous nous dirigeons vers les montagnes, et plus particulièrement à la jonction des cordillères (occidentale, centrale et orientale). Là nous allons pouvoir en apprendre plus (ou tout du moins essayer) au sujet des anciennes civilisations colombiennes.

    Nous attaquons donc la partie "histoire" du pays avec la visite de Tierradento et San Agustin. Et quand je dis histoire, c'est la vieille vieille histoire. On parle là d'une période allant de - 400 à +850 en ce qui concerne Tierradentro et de 1 à 900 pour San Agustin.

     

    Tierradentro est composé de tombes des plus "originales". Tout se faisait en deux étapes : les morts étaient d'abord enterrés "tels quels" avec des objets dans des tombes primaires puis après 10 ou 15 ans, on venait les rechercher pour brûler et broyer les os avant de les mettre dans des urnes stockées dans des tombes secondaires. Celles-ci étaient plus ou moins profondes (faisant parfois 7 m de profondeur et accessibles par des escaliers les plus biscornus et casse-gueule jamais conçus) et certaines d'entre elles étaient décorées. A priori plusieurs famille se partageaient la même tombe. C'est le seul endroit connu où une telle méthode était utilisée.

     

    Tombe primaire      Urnes retrouvées dans les tombes secondaires      Tombe secondaire

     

    Tombe secondaire      Les escaliers casse-gueule ici en version zig zag       Quelques statues sont aussi de la partie

     

     

    Nous quittons maintenant Tierradentro pour rejoindre Popayán. Le seul hic, c'est que la route entre les deux sites, environ 120 km est vraiment pourrie. C'est une piste de terre ou gravier, qui est en cours de bétonnage: résultat énormément d'engins empreintent la piste et la détériorent. Cerise sur le gâteau, nous avons droit à la pluie pendant une très grande partie du trajet, ambiance...

     

     

    Sur la piste vers Popayan     Qui dit pluie dit boue!      Plusieurs zones de travaux sur la route...

     

     

    5h plus tard (!!) nous voici à Popayán, où nous allons pouvoir un peu nous relaxer.

    Surnommée la Ville Blanche, Popayán est connue comme étant un bel exemple de ville coloniale. Honnêtement, nous la trouvons mignonne, mais rien de réellement exceptionnel. En fait, inconsciemment on s'attendait probablement à bien mieux après 5 heures de pistes... On arrive un dimanche juste avant midi en pensant que la ville sera animée, en fait elle est plutôt "endormie", restos fermés, peu de monde dans les rues...

     

    Popayan      Popayan, la Ville Blanche      On se demande pourquoi ça s'appelle la ville blanche...

     

     

    Après cette petite pause, nous reprenons la route et retraversons les montagnes (rebelotte route pourrie, on aime ça!) pour aller à San Agustin (5h de route/piste quand même!).

    A San Agustin c'est les statues qui sont mises à l'honneur. Mesurant de 15 cm à plusieurs mètres de haut elles représentent soit des hommes, soit des animaux, soit les deux mélangés et avaient des significations et utilisations pour le moins assez floues. Les "tailleurs" de pierre semblent être venus d'Amazonie puisque certains couvercles de sarcophage ont pour effigie un crocodile (et ils sont plutôt rares en montagne...) mais personne ne sait pourquoi ils ont arrêté de tailler des statues aussi brutalement. Ont-ils disparu? Migré? En avaient marre? Chacun y va de sa théorie et on n'en saura probablement jamais rien, l'écriture n'étant pas utilisée à l'époque dans cette région du monde.

     

    Sculpture de San Augustin      Les autres je sais pas mais lui il allait au ski!      "C'est ma poupée!"

     

     

    Sculpture de San Augustin      Sculpture de San Augustin      Sculpture de San Augustin

     

     

    Tant que nous sommes dans le coin, nous en profitons pour faire d'autres visites comme "l'estrecho", le  point  le plus étroit (2.20m)de la rivière Magdalena (qui est quand même la plus longue de Colombie). Veronika et Michael ont repris la route vers la frontière, nous laissant seuls mais le rendez-vous est pris, c'est sûr on se reverra!

     

     

    L'estrecho      San Agustin

     

    De notre coté nous trainassons ensuite à San Agustin comme nous savons si bien le faire. Nous prenons nos aises et nos journées se partagent entre le déjeuner au resto végétarien tenu par des expats Allemands avant de prendre un dessert à la pâtisserie française juste en face, où nous discutons des heures durant avec Taleb et Audrey, les proprios. 

     

    Nous revoici en route vers le sud. Nous allons retrouver nos amis Chiliens rencontrés à Salento, Caro et Victor, et nos compères américains Mallary et Chris rencontrés eux il y a plusieurs mois au Mexique. Le lieu de rendez vous est fixé: ça sera dans les montagnes, sur les rives de la lagune de la Cocha, près de Pasto au sud du pays.

    Avant de rejoindre le lac, c'est reparti pour des montagnes et de la boue avec le Trampolino del Diablo, la version Colombienne de la route de la mort. Ici il n'est pas rare de devoir faire marche arrière pour trouver un endroit assez large où se parquer le temps de laisser passer les camions. La règle du "priorité à celui qui monte" est aussi totalement inexistante ici, c'est plutôt celle du "pousse-toi j'arrive" qui est en vigueur.

    Les paysages colombiens sont toujours aussi plaisants, on ne se lasse pas de ces montagnes!

     

    Trampolino del Diablo      Superbe route en lacets, un plaisir!      Trampolino del Diablo

     

    Nous arrivons au lac un jour avant nos amis et en profitons pour admirer le paysage et lire un peu. A leur arrivée, Victor fait chauffer le BBQ et c'est parti pour une bonne après midi de rigolade. Nous n'avons malheureusement pas de chance avec le temps, alors que nous prévoyions une petite escapade en bateau pour aller sur l'ile du lac, il pleut pendant deux jours... Laurent et Victor vont tout de même pêcher et Laurent nous rapporte une truite. Difficile à partager en 6. 

     

    Laguna de la Cocha      Laguna de la Cocha : Isla Corota      La fameuse "truite pour 6"

     

    Il est à nouveau temps de se séparer, les Américains et nous reprenons la route direction la frontière tandis que les Chiliens restent au lac. Victor espère toujours rapporter un peu plus de poissons!

    Avant d'atteindre l'Equateur nous faisons un dernier arrêt. Le sanctuaire de Las Lajas nous attend. Cette église a été construite à cheval sur la rivière dans un canyon. Drôle d'idée me direz-vous et vous n'aurez pas tord mais le résultat est là!

    Les premières constructions de cette basilique remontent au 18ème siècle, et il y a une présence religieuse depuis le milieu du 19ème siècle. Au début du 20ème siècle des travaux titanesques de 30 ans ont permis de remplacer le bâtiment existant depuis 1850 par la magnifique basilique que nous pouvons admirer aujourd'hui. Pour un européen cette basilique n'a rien de vraiment extraordinaire (hormis l'emplacement!) mais le fait qu'elle soit si "neuve" nous donne l'impression de remonter le temps lorsque l'on s'y balade. Saisissant!

     

    Las Lajas      Las Lajas      Las Lajas

     

    Après une dernière nuit en Colombie, il est à présent temps de quitter ce très beau pays. C'est presque à reculons que nous le faisons après 2 mois de pérégrinations entre mer et montagne. Définitivement, la Colombie restera une de nos meilleurs souvenirs!


  • Commentaires

    1
    Claude
    Vendredi 4 Septembre 2015 à 08:49
    Magnifiques photos com dab , et très bien commentées ...merci pour nous ....suis contente de voir que Laurent s'entraîne à pecher àvt de rentrer en NC ! Je vous embrasse bien fort .
    2
    mamie cricri
    Vendredi 4 Septembre 2015 à 10:49

    magnifiques photos !!!!!!commentaire  très interessant  vous nous gatez   bisous

    3
    mémé lolo
    Samedi 5 Septembre 2015 à 08:54

    Laurent, tu fais partie des castors juniors (tee shirt jaune et le chapeau) cool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :